Le terme « changement » engendre de l’inquiétude et de la suspicion. Beaucoup de managers ou responsables d’entreprise pensent que si l’objectif défini n’est pas atteint, c’est dû à un manque de compétences ou à une méthode inadaptée. Ils se laissent donc influencer par les effets de mode… Combien de managers ont vécu ces phases de l’enthousiasme à la résignation :
  1. Le manager est attiré par une nouvelle méthode de management à la mode, qu’il a pu découvrir dans des livres ou qui lui a été présenté par des consultants. Ce manager entretient un rapport quasi religieux avec cette nouvelle méthode
  2. Le manager ne voit que les effets positifs de la méthode, il se voile la face et cherche à convaincre tous les acteurs que LA méthode est la meilleure et qu’ils se trompent
  3. Le manager constate des retours positifs dans d’autres unités de l’entreprise, de plus la direction soutient cette initiative. Le manager est certain que la méthode est adaptée
  4. Le manager s’attend à ce que la méthode réponde à ses désirs mais des nuages commencent à assombrir le paysage
  5. Le manager ne voit que les côtés négatifs de la méthode.
  6. Le manager est déçu, il pense que la méthode est belle en théorie mais ne débouche sur aucune valeur ajoutée dans la pratique
  7. Vu que du temps a été investi dans cette méthode, le manager considère qu’il faut continuer à l’appliquer, même si le cœur n’y est plus. Mais peu importe, une autre méthode novatrice devrait résoudre les problèmes
Les méthodes ne sont ni mauvaises, ni bonnes en tant que telles. Elles sont par définition non adaptées au contexte car il est impossible de construire une méthode adaptée à tous les contextes vu leurs complexités. C’est bien la capacité d’adaptation du système qui va permettre au système d’atteindre son but.
7