Dans cette partie, nous avons essayé de lister quelques techniques/outils de coaching qui nous semblent pertinents en fonction de l’espace exploré dans la Maison de Circularité. Cette liste ne saurait être exhaustive, elle reste indicative car plusieurs outils/techniques peuvent être
utilisés dans plusieurs espaces.

Les questions et la circularité

“Les gens qu’on interroge, pourvu qu’on les interroge bien, trouvent en eux-mêmes les bonnes réponses” – Socrate L’outil principal du Coach est la question et ce n’est pas par hasard car poser des questions :
  • Responsabilise : Toutes les informations sont connues par la personne questionnée : Chacun est expert de son propre système.
  • Motive : Ce n’est pas savoir quoi faire qui compte mais être motivé à le faire. La recherche montre que les personnes sont plus enclines à réaliser leur propres idées /solutions
  • Donne confiance : Celui qui est questionné sait souvent quoi faire mais n’a parfois pas la confiance ou le courage suffisant pour le faire. Questionner peut permettre aux personnes de faire ce qu’elles ne peuvent pas faire seules
  • Transforme : Les questions remettent en cause nos pensées, croyances et transforme notre vision du monde
La forme de la question a un impact dans la fluidité de l’échange entre le Coach et le Coaché :
  • Les questions fermées peuvent enfermer le Coaché et le faire se sentir interrogé et jugé
  • Les questions ouvertes permettent à celui qui y répond de mener la conversation car plusieurs réponses sont possibles et d’avoir des réponses plus longues et riches.
  • Les questions analytiques visent à récupérer plus d’informations avec la croyance que pour réussir il faut comprendre pourquoi on a échoué
  • Les questions projectives orientent le Coaché vers l’action et le pousse à imaginer d’autres possibilités
  • Les questions longues créent de la confusion et perdent en impact contrairement à des questions courtes et directes
  • Les questions positives donnent envie de s’engager contrairement à des questions négatives
Les questions qui créent le plus de circularité sont les questions ouvertes, projectives, courtes et positives.
Les questions à “tiroir” pour renforcer la réflexion Il est fréquent de remarquer qu’il est difficile pour un Coaché de répondre à une question ouverte de manière fluide et concise dès le premier essai. Lui poser une deuxième question complémentaire à la première permet de pousser plus loin sa réflexion et donc de créer un renforcement autrement dit de la circularité dans sa réflexion.
Attention : Les questions “tiroirs” ont tendance à ne pas être “commodes” !
Questions à tiroirs sur l’enjeu
Q1: Quel est ton principal enjeu ?
Q2: En quoi est-ce important pour toi de réussir ton enjeu ?
Effet indirect : Engagement
Questions à tiroirs sur la séance
Q1 : Quel résultat souhaites-tu atteindre à la fin de cette séance ? Q2 : Comment sauras-tu à la fin de la séance … ?”
Effet indirect : Responsabilisation

L’importance d’utiliser les mots du client pour accentuer la circularité

“Si tu veux convaincre quelqu’un, utilise ses propres arguments” Aristote

“Ne discutez jamais, vous ne convaincrez personne. Les opinions sont comme des clous : plus on tape dessus, plus on les enfonce” A. Dumas fils

Utiliser les mots de son client c’est entrer dans son cadre de référence, c’est entrer dans sa vision du monde car les mots racontent l’histoire de notre client.

Utiliser les mots de son client c’est l’encourager à aller plus loin dans son histoire avec fluidité jusqu’à sa finalité.

La reformulation, une autre technique de circularité

La reformulation a pour but de s’aligner sur une compréhension commune et donc dans le cadre d’un coaching de renforcer l’alliance entre le Coach et le Coaché. Le Coaché se sent compris et écouté et le Coach s’assure que le coaching va dans la bonne direction pour le Coaché. L’effet circulaire de la reformulation est que le Coaché se lâche encore plus et entre lui-même dans une logique circulaire, son histoire sans début ni fin.

Il existe différents types de reformulations :

  • La reformulation de type miroir consiste à reprendre les mots du client pour s’assurer de notre compréhension : “Si j’ai bien compris, …”
  • La reformulation de type synthèse permet de synthétiser une phrase ce que vient de dire le client ; “En résumé, …”
  • La reformulation de type recadrage permet de recadrer le client sur l’objectif ; “Il faut changer nos réunions“ peut devenir “Si je comprends bien vous souhaitez changer la manière dont se passent les réunions”

La visualisation

L’institut de neuroscience de l’université de McGill a démontré le pouvoir de la visualisation dans la performance de l’action physique. Chez les sportifs, ceux qui pratiquent la visualisation augmentent de 30% à 40% leur performance et leur capacité de récupération. Une étude complémentaire a été faite avec des basketteurs dans la préparation des lancers francs, ceux qui faisaient uniquement un travail de visualisation avaient les mêmes résultats que ceux qui s’entraînaient réellement.

Les conclusions des scientifiques sont que notre cerveau ne fait pas de différence entre faire l’action et la visualiser autrement dit visualiser c’est déjà agir

Au-delà des effets neurologiques, la visualisation permet de renforcer la confiance et la motivation et permet de sortir du cadre parfois limitant de la situation actuelle.

 

Le recadrage

Le recadrage pour le Coaché n’est intéressant que si le nouveau cadre a plus de sens pour le Coaché, s’il le libère d’un handicap ou s’il le trouve plus efficace. Il doit à la fois être suffisamment relié au cadre ancien pour être compréhensible, et suffisamment différent pour intéresser le Coaché.

En coaching, les recadrages peuvent classés selon 3 types :

  • Recadrage de point de vue : montrer à l’interlocuteur qu’il y en a d’autres que le sien
  • Recadrage de comportement ; souligner l’intention positive de ce comportement
  • Recadrage de sens : indiquer qu’il peut y avoir une autre signification, supposition et interprétation

Le reflet systémique

Selon l’approche systémique, nous pouvons faire le lien entre le façon dont le Coaché interagît avec nous pendant les séances de coaching et le façon dont le Coaché agit dans l’entreprise. Nous parlons alors d’un reflet systémique.

  • Ce qui se joue pour notre client dans l’Ici et Maintenant se joue aussi à un autre niveau sous une autre forme

  • Résoudre une situation à un endroit du système aura des répercussions sur tout le système

En étant attentif à ces résonnances en soi le Coach peut partager les reflets systémiques avec son Coaché. C’est un levier puissant de transformation pour le Coaché.

L’instant présent que nous vivons en séance de coaching est ainsi un « échantillon » de tout le système de notre Coaché et un terrain propice aux expérimentations et apprentissages.

Ramené au modèle de Maison de Circularité nous pouvons faire l’hypothèse que les choses qui se jouent à un étage se reflètent également aux autres « étages ».

 

De l’intention à l’action

“Les volontés faibles se traduisent par des discours ; les volontés fortes par des actes.” Gustave Le Bon

Tout le monde fait preuve de bonnes intentions mais parfois quand arrive le moment de passer à l’action, soit nous avons oublié l’action à faire, soit nous sommes découragés de passer à l’ action.

Ce phénomène est connu des après-séminaire et après-formations où les personnes qui ne mettent pas en pratique tout de suite ce qu’ils ont appris se retrouvent à oublier rapidement.

Dans le coaching, ce processus est connu, c’est pour cela qu’il y a plusieurs séances de coaching pour permettre un suivi qui permet au Coaché de se responsabiliser sur ses engagements.

L’intention est souvent posée au conditionnel : “J’aimerai faire…” ou dans un langage vague “Je pense que…”. Pour s’assurer des bienfaits du coaching, il est nécessaire pour le Coach de s’assurer du passage de l’intention à l’action en posant des questions plus précises, les fameuses questions Qui Quoi Quand Où ? Ce questionnement affine l’action future du Coaché et donc augmente le pourcentage de chances qu’il mette en place l’action.

Dans la mise en place de solutions, d’autres choses peuvent arriver comme une inadaptation de la solution choisie par le Coaché par rapport à son contexte. Il est parfois utile pour lui de tenter autre chose et parfois de manière très originale pour pouvoir atteindre son objectif.

10