Qu’est-ce-que le processus dans une facilitation ?

Le processus ou design d’une facilitation est une structure avec un ensemble d’étapes qui permet à un groupe d’atteindre un objectif collectif. Il existe des processus tout fait mais nous conseillons d’adapter chaque processus en fonction du contexte, des enjeux et de la dynamique du collectif concerné pour obtenir le maximum d’engagement.

A quoi ressemble un bon processus ?


Un bon processus doit permettre une phase de divergence, de partage puis de convergence.

Deux situations peuvent arriver :

  • Pas assez de divergence, en particulier quand une personne prend le groupe en otage et monopolise la parole
  • Pas assez de convergence quand le temps n’a pas bien été géré et que la phase de convergence n’a pas été assez longue

Comment construire un processus efficace ?

Pour construire un processus efficace, il est possible de s’appuyer sur le canevas 7P.


En ce qui concerne les étapes du processus, je vous conseille d’écrire les consignes et les questions que vous allez poser au groupe.

Exemple de déroulé pour un consensus workshop

EtapeDuréeConsigne/Question

Présentation du contexte : 

  • Rappeler ce qui fait que les participants sont là aujourd’hui 
  • Exprimer la question et demander aux participants de la valider 
  • Présenter l’agenda de l’atelier 
15 min 


« Est-ce que la question est claire pour vous ? » 

« Quels sont les mots clés dans cette question ? » 

Travail de réflexion individuelle : 

  • 10 Idées qui répondent à la  question sur une feuille A4 
  • En choisir 7 parmi les 10 qui sont les plus importantes et claires 
5 – 10 min 


«  Individuellement, trouvez 10 idées par rapport à la question que vous notez sur une feuille A4 » 

« Parmi ces idées, choisissez les 7 plus importantes pour vous » 

Travail à 2/3 personnes: 

  • Choisir 10/15 idées qui sont les plus importantes 
  • Les écrire sur une feuille A5, 1 idée / feuille et en gros 
  • Choisir 5 idées les plus importantes 
10 min 


« En sous-groupe, choisissez 10/15 idées essentielles pour vous » 

« Ecrivez chaque idée sur une feuille A5 et en gros » 

« Parmi ces idées, choisissez-en 5 qui vous paraissent les plus claires et importantes » 

Partage et regroupement : 

  • Demander aux sous-groupes de partager leurs idées 
  • Valider avec le groupe entier si les idées répondent à l’objectif 
  • Rassembler les idées par ressemblance et former des colonnes 
  • Laisser les autres idées à côté 
  • Demander au groupe les idées différentes nouvelles à ajouter par rapport à ce qui est déjà sur le tableau 
  • Valider avec le groupe que ces idées sont en rapport avec l’objectif 
  • Regrouper en catégories 
  • Nommer par un mot les catégories 
  • Demander s’il y a une autre idée à ajouter 
20 – 30 min 


« Les idées présentées sont-elles toutes claires pour vous ? » 

« Est-ce que les idées présentes répondent bien à la question ? » 

« Quelles sont les idées identiques, qui peuvent être rassemblées ? » 

« D’autres ? » 

« Quelles idées différentes par rapport à ce regroupement souhaitez vous ajouter ? » 

« Ces idées répondent-elles à la question ? » 

« Dans quelle catégorie pouvons nous les regrouper ? » 

« Quel mot peut être associée à cette catégorie ? » 

« Celle-ci ? » 

« D’autres idées à ajouter dans les catégories ? » 

Se mettre d’accord sur les intitulés : 

  • Demander au groupe de préciser un intitulé sur chaque catégorie qui réponde à la question 
  • Travailler sur le consensus de l’intitulé 
15 min 


Travail de reformulation 

« Etes vous d’accord sur cet intitulé ? » 

Réflexion : 

  • Finaliser la visualisation du consensus 
  • Discuter sur l’atelier 
  • Prévoir les prochaines étapes 
10 min 


« Qu’est ce que vous lisez comme catégories ? » 

« Quel est votre niveau de satisfaction ? » 

« Parmi ces catégories, quelle est celle qui est la plus importante selon vous ? » 

« Quelle est celle la plus difficile à mettre en œuvre ? » 

« Par quoi souhaitez vous commencer ? » 

Quels sont les pièges à éviter ?

  • Surcharger le processus, le rendre trop complexe
  • Être rigide sur le processus et ne pas l’adapter en particulier le timing, il vaut mieux privilégier une séquence de forte intensité entre les participants et raccourcir les autres. 
  • Ne pas être au clair sur les résultats obtenus à la fin de l’atelier et en particulier le visuel qui sera obtenu
  • Ne pas noter les questions et les consignes en avance et improviser
  • Ne pas prendre de marge (au moins 30% en plus de temps)
  • Ne pas varier la dynamique des séquences: individuelle, sous-groupe, grand-groupe, debout, assis…
  • Se rappeler que le but d’un atelier de facilitation est l’échange entre les participants et pas la production de post-its. Les post-its restent un média de communication et de création d’engagement.
18